Carnet de confinement J.4 : Complot islandais et terreurs nocturnes

En ce quatrième jour de quarantaine, je me demande déjà comment je vais pouvoir tenir. Je ne parle pas évidemment pas du confinement en lui-même (mis à part les moments où je dois sortir de chez moi, j’en suis plutôt satisfait) mais bien de l’écriture de ces carnets quotidiens. Car aujourd’hui, il ne s’est rien passé d’intéressant dans ma vie. Je me dois ici d’être honnête : il ne se passe jamais rien d’intéressant dans ma vie, même quand je suis perdu dans la jungle paraguayenne entre les serpents et les tatous. De fait, m’en voici réduit à espérer qu’une météorite s’écrase sur la bibliothèque Sainte-Barbe, qu’une mémé anarchiste défie un groupe de policiers au poker en plein milieu de la rue Valette, que les chats deviennent intelligents, voire, en dernier recours, que Jésus revienne pour sauver le monde (ce qui est impossible, même et surtout pour le plus jeune des fils de Dieu). Bref, n’importe quoi qui puisse alimenter un tant soi peu mon imagination en ces temps monotones. La fin du confinement constitue une autre option, mais incertaine que je préfère ne pas compter dessus. Jusque à cet hypothétique remise en liberté, je répète inlassablement ce même jour de la marmotte, sans Andie McDowell malheureusement : Réveil, thé, douche, course à pied près du Luxembourg, exercices physiques à la maison, déjeuner, guitare, correction de travaux d’étudiants, diner, guitare, feuille blanche. Au-delà de cette routine, qui au passage n’est pas désagréable, rien ne se produit. Ah, si ! J’allais oublier. Vers 20 heures, comme tous les jours maintenant, les gens sortent à leur fenêtre pour applaudir le personnel soignant. Comme c’est en général l’heure à laquelle je dîne et que me lever de ma chaise pour rejoindre la fenêtre ne me parait pas envisageable en l’état actuel des choses (la fenêtre est en effet située à environ un mètre soixante-dix de ma chaise, soit une hauteur d’homme de grande taille au XVIIIe siècle ou d’homme de petite taille au XXIIe. Mais espérons que d’ici là les femmes auront trouvé le moyen de se reproduire sans mal sans mâle et que les hommes auront disparu. Donc, un mètre soixante-dix séparent la chaise de la fenêtre, soit environ la distance qui sépare la fenêtre de ma chaise. Il me faudrait en conséquence parcourir trois mètres et quarante centimètres pour rejoindre ladite fenêtre à partir de ma chaise, c’est-à-dire la demi-taille d’une girafe adulte. Comme j’essaie de limiter ma consommation de viande, il serait inconsidéré de me rendre à la fenêtre. Par ailleurs, les girafes sont une espèce protégé), je rate ce spectacle depuis le début du confinement.

Aujourd’hui, j’ai cuisiné des pâtes. La transition semble brutale, mais lorsque je dis cuisiné, j’insinue que j’ai préparé la sauce tomate et l’ai laissée cuire dans la casserole une dizaine de minutes, délai suffisant pour que je ne sois pas encore installé sur ma chaise à 20 heures. Je me rends donc à la fenêtre et m’attends à voir défiler un cortège de blouses blanches, trottinant en effectuant de petites voltes comme autant de boxeurs prêts à monter sur le ring, poings levés vers le ciel, accompagnés par un orchestre de cuivres venu du ciel et dirigé par le fantôme de Louis Armstrong. Je m’imagine ébahi devant des colonnes d’enfants aux tenues multicolores jetant des pétales de fleurs sur le passage de ces héros. J’entends déjà le battement d’aile des colombes venues saluer ces gardiens de la paix (pas les policiers, qui sont eux traditionnellement salués par les pigeons au moyen d’un bombardement bien connu des parisiens et souvent suivi d’un « merde, il m’a chié dessus ! »), ces Sisyphes du pansement et de la prise de sang. Prêt à assister à cette démonstration de puissance d’une France toujours à la pointe de la modernité scientifique et sociale, je me penche par la fenêtre. Ce carnet aurait pu ne pas voir le jour, ni les suivants, car ce le spectacle offert par la rue surpasse toutes mes attentes et le choc psychique manque de me précipiter dans le vide. En bas, il n’y a rien ni personne. Pas même un chien ou un pigeon (lesquels doivent être occupés à saluer des policier), pas un cafard ou un rat en vue, encore moins d’humains. D’ailleurs, malgré le bruit, je ne vois personne aux fenêtres de la rue des Carmes. Même si il me parait tout à fait probable que ces applaudissements et « hourras » soient le fait de machines phonographiques munies de haut-parleurs et installées dans tous les appartements de la rue hormis le mien (par une puissance étrangère malveillante telle que l’Islande par exemple, dont le rôle dans l’épisode du volcan au nom imprononçable demeure suspect), je rejette pour une fois le rasoir d’Ockham, surtout parce que ma barbe est encore courte, et choisis la solution la moins logique, à savoir que je ne vois pas les gens parce que, de mon côté de la rue, leur appartement est dans le prolongement du mien et que sauf s’ils allongeaient leur torse vers l’extérieur d’environ un mètre soixante-dix, je ne les verrais pas ; dans le cas contraire, je les verrais tomber. Pour l’autre côté de la rue, ne reste que l’hypothèse du complot islandais.

Une photo du Paraguay qui n’a rien à voir avec le texte, juste pour faire joli et parce que j’en ai envie.

Qu’applaudissent-ils donc, tous ces invisibles ? Je mets mes lunettes, pour voir plus loin, mais je n’aperçois pas d’hôpital à proximité. À moins que le personnel hospitalier ne soit équipé d’appareil conçus pour décupler ses capacités auditives (et vu le nombre d’idioties que l’on entend ces jours-ci – idioties que je ne suis pas le dernier à proférer – mieux vaut ne pas avoir une bonne oreille) je doute fortement qu’il puisse entendre les bravos de mes voisins. Voisins qui, au regard de mes dernières sorties, ne se privent pas de se promener dans la rue de nombreuses fois par jour, attestation en main, chien en laisse, caddie de course sur le dos, certificat médical sur le front, bébé dans le ventre. Toutes les excuses sont bonnes pour batifoler dans la nature bétonnée de Paris. Face à cette apparente incohérence, la conscience professionnelle m’engage à réfléchir. Ça tombe bien, la sauce tomate est prête, les spaghetti pas encore. Il me reste donc une dizaine de minutes selon l’emballage (moins selon les italien.ne.s) pour résoudre un problème d’une dimension telle que l’anthropologie n’en a plus connu depuis que Claude Levi-Strauss est entré à l’Académie Française. Retournant le problème dans tous les sens pendant que la casserole laisse échapper vapeur et bulles d’eau explosives qui rappellent les horloges atlantes et leur compte-à-rebours fondé sur la décomposition des molécules d’eau en atomes d’uranium, je désespère de trouver la solution avant que les pâtes n’en arrivent au point critique, le célèbre, le fameux « al dente ». Alors que les spaghetti tourbillonnent dans les eaux furieuses, drainant avec eux un courant si fort qu’il finissent par former un typhon et que mon cerveau entre à son tour en ébullition, je suis frappé par un Euréka salvateur. J’avais toujours considéré le fait de sortir et celui d’applaudir les mains comme contradictoires. Seul un bien mauvais scientifique aurait pu s’obstiner dans cette voie sans issue. Considérons un instant les faits. Ils sortent comme des imbéciles au risque de propager le virus puis applaudissent comme des singes illettrés le personnel soignant qui se voit justement surchargé de travail à cause de la propagation du virus. J’ai songé un instant qu’ils se comportaient comme des mauvais clients de restaurant, ceux qui laissent une table aussi sale qu’un brainstorming de La République en Marche sur la question sociale mais dans le même temps donnent deux euros de pourboire pour le service. Peut-être les applaudissements sont-ils un genre de pourboire auditif destiné à se faire pardonner les postillons balancés dans l’air comme des grains de riz à un mariage. Toutefois, il me semble que la vérité est ailleurs. Non pas dans une soucoupe volante, mais dans le virus en lui-même. Si jamais il a, comme c’est presque certain désormais, été crée de toutes pièces par les Islandais, et puisque les Islandais sont connus pour leur enthousiasme  frénétique, alors ce rituel moderne dont j’ai été témoin révèle au grand jour leur complot. Tel le tueur en série qui ne peut s’empêcher de laisser des indices sur son identité, les Islandais ont ajouté, en plus de la pneumonie, un symptôme au virus : le battement compulsif de mains à la fenêtre à 20 heures précises. Hélas pour eux, nous, Français, avons l’esprit critique (d’autant que j’habite près de la rue Descartes) et il est impossible de nous berner longtemps. Le complot éventé,  il n’est même plus nécessaire de procéder à un dépistage de la population. Si vous battez des mains, vous êtes déjà contaminés.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search