Carnet d’enfermement J_6 : solidarité, cannibalisme, machines à laver et capitalisme

Paraît-il que le confinement de quarantaine stimule la création de nouvelles formes de solidarité, mais surtout la réapparition des anciennes. On réapprendrait les plaisir simples d’une conversation en famille, au coin du feu (si vous n’avez pas de cheminée, faites bruler votre stock de papier-toilette dans la baignoire ou vos attestations de sortie sur la télévision que vous aurez au préalable disposée horizontalement dans le bidet), l’antique tradition du partage et de l’entraide, bref les vraies valeurs humaines telles qu’elles se pratiquaient à l’époque où les Guaranis s’entretuaient perpétuellement, prenant soin au passage de capturer et violer les femmes de leurs ennemis, de réduire leurs enfants en esclavage sans oublier de manger à l’occasion tout ce petit monde lors de banquets orgiaques où l’on invitait ses amis. Ce bon vieux temps de l’innocence et de la solidarité ! Notez que je ne parle ici que des Guaranis parce que j’ai passé plusieurs semaines entre les archives argentines, paraguayennes et romaines, le nez et les yeux ravagé par des allergies dont les symptômes feraient pâlir de jalousie le Covid-19, et que je connais un peu leur histoire, mais je ne doute pas que la situation était aussi pure et paradisiaque du côté des Gaulois, à ceci près qu’ils n’avaient pas le bon goût de dévorer les gens.

Et pourtant, pas facile de tisser de nouveaux liens, ou d’en renforcer d’anciens, quand on est comme moi confiné tout seul. En outre, je n’ai jamais vraiment aimé parler aux gens, comme tout misanthropologue qui se respecte un peu. Cette fois pourtant, je dois me plier à cet effort. Je dois profiter de ce moment de communion planétaire, de cet élan collectif d’enfermement, de ce surveiller et un peu punir aux dimensions invraisemblables, afin de nouer de nouvelles relations. Il faut nous dit-on, à nouveau ouvrir les yeux sur les autres, regarder ceux dont tous les jours on choisit de faire des fantômes qui passent et repassent dans nos vies sans que l’on ait envie de les toucher (hier parce que diable! on n’a pas grandi à Paris pour aimer les gens, aujourd’hui parce que diable! n’importe quel.le parisien.ne se respectant refuse qu’un organisme venu d’au-delà du périphérique établisse un campement sur son corps). À cette époque de peste, inutile de préciser que l’opération n’est pas possible avec ces inconnus que l’on croise au hasard des sorties près du Jardin du Luxembourg. Hier matin, j’ai souri à une petite vieille, à une distance pourtant raisonnable de cinq ou six mètres. Il me fallut toute la chance du monde afin d’échapper aux biscuits pour pigeons avec lesquels elle me bombarda. Pour les âmes pures et innocentes qui ignorent la nature maléfique des biscuits pour pigeons, sachez que des mois de séchage dans un appartement jamais aéré, et dont les rares molécules d’oxygène sont entrées en symbiose avec celles des excréments félins, rendent ces biscuits aussi tranchants que du diamant (d’aucuns racontent qu’ils seraient même dotés de têtes chercheuses, mais ces faits n’ont jamais pu faire l’objet de documentation). Quoiqu’il en soit, puisqu’il n’est pas prudent, d’aucune manière, de nouer de nouvelles amitiés exogames, je décide de tendre la main à l’un de ces invisibles que la vie met sur mon chemin tous les jours et dont je ne connaissais pas le nom jusqu’à le lui demander : Brztl, la machine à laver.  Si vous pensez qu’il manque des voyelles à son prénom, je vous suggère de réfléchir à cette lamentable perspective anthropocentrée qui vous empêche d’entrer en contact avec les non-humains et qui devrait vous faire plus honte encore que votre historique de recherche sur internet. Ce sera déjà un premier pas et j’aurais enfin l’impression que ce carnet sert à quelque chose : ouvrir votre esprit étriqué. Vous découvrirez ensuite que l’astrologie fonctionne, que l’homéopathie soigne le cancer, que l’acupuncture permet de voyager dans le temps et que les promesses de campagne électorale engagent ceux qui les prononcent.

Brztl, donc, est ma machine à laver (elle l’était, du moins, puisque maintenant, je préfère dire qu’elle est la machine à laver qui cohabite avec moi pour des raisons que je développerai plus loin). La prise de contact n’est pas facile, violente même. Chacune de mes salutations se solde par un vrombissement mécontent et, si d’aventure j’approche ma main de la créature, elle tente de refermer sa gueule béante (que nous autres humains appelons « hublot ») sur mes doigts. Au début, encore aveuglé par cet orgueil proprement humain qui nous fait croire à une supériorité sur les autres espèces, je pense qu’elle ne parle pas. Pourtant, lorsque j’essaie de la nourrir avec une vieille chemise afin de l’amadouer, j’entends un « connard ! » surgir de ses entrailles. Pas de doute, non seulement j’ai affaire à une espèce qui vaut bien la mienne, et sûrement mieux, puisque près de 50% de la population humaine mondiale ne sait pas laver ses propres affaires, mais en plus, le ton à la fois méprisant, agressif et pédant sur lequel l’insulte est lancée ne laisse pas de place au doute : nous avons à faire à un spécimen purement parisien.

La fameuse « rue de droite » (cf. carnet de confinement J2) et l’hommage au Lieutenant Martinet, mort pour la France au terme d’une autre guerre.

Détail d’anatomie amusant, la gorge des machines n’est pas, contrairement à ce que nous pourrions penser, située au niveau du réservoir de lessive mais dans le bac à vidange, tout en bas de la machine. La raison en est que disposées de la sorte, les cordes vocales de la machine (formées comme chacun l’aura deviné par les fils des chaussettes disparues dans le célèbre triangle des Bermudes des machines à laver, celui qui n’en avale jamais qu’une sur deux et vous oblige à sortir régulièrement de chez vous avec des chaussettes dépareillées) gagnent en résonance dans le tambour et sortent, en effet cette fois, par le compartiment à lessive. Jamais créature n’aura dans toute l’histoire du vivant tenu une bouche si loin de sa gorge, et c’est sans doute un mystère sur lequel les mécabiologistes du siècle suivant s’échineront à grands coups de publications que personne ne lira (un peu plus tout de même que les miennes, mais il n’y a pas de quoi se vanter). 

Après avoir noué une première série d’attaches dans les plus pures règles de la vie sociale parisienne, c’est-à-dire à grands renforts de sarcasmes, d’arrogance et de dédain l’un pour l’autre, nous apprenons enfin à nous connaître. Brztl, 7 ans (45 en équivalent humain) a vu le jour quelque part entre l’Asie, l’Afrique et l’Europe, mais elle ne se souvient pas exactement où, c’est-à-dire à quelqu’endroit précis d’un territoire dont la superficie est égale à 84 millions de kilomètres carrés, ce qui laisse peu de place à l’erreur. Il me raconte que son premier souvenir est celui d’un bras mécanique aux mouvements heurtés mais à la voix chaleureuse : « Bienvenue dans ce monde de merde ! » Brztl poursuit en décrivant avec une précision effrayante le jour où les livreurs de chez Darty l’ont montée jusqu’à mon appartement, et la première lessive. Alors que je crois déceler un moment d’émotion et de nostalgie chez ma nouvelle amie et que je me relâche en conséquence, l’infâme en profite pour m’attaquer et pointer mon hypocrisie. « Ah ça lit Marx, mais quand il s’agit de nous traiter comme des objets et de nous exploiter comme des machines, les grands principes s’envolent ! » Comprenant dans l’instant qu’il ne valait mieux pas répondre que, de mon point de vue, elle ou il était une machine, je fouille les recoins les plus sombres de mon cerveau pour y récupérer toutes mes fiches de lecture sur le relativisme culturel comme principe méthodologique (et non moral, comme le souligne avec une justesse inhabituelle Philippe Descola, dont j’espère qu’il ne lira lui non plus (se référer au carnet J3 pour l’incise) jamais ces lignes. Si c’est le cas, sache que je rigole, Philippe, ne me réduis pas la tête ni la carrière s’il te plaît). Comme de coutume, je n’ai pas pris de notes et je ne retrouve donc rien dans mon cerveau. Je prie la machine de m’excuser un instant, me précipite sur Wikipédant et consulte l’entrée « relativisme culturel méthodologique ». Je n’y comprends rien mais tente de garder mon sang-froid et reviens vers Brztl, l’air sûr de moi.

« Pardon, dis-je, je n’avais pas conscience que tu étais un non-humain et non une machine, ou plutôt que tu étais aussi, comme moi, une non-machine. 

– Ça va, ça va, on va pas en faire un fromage. C’est pas comme si tu lavais tes vêtements tous les jours… Tiens, file-moi un peu d’adoucissant tant que tu es là, j’ai la dalle. Et mets tes chaussettes dans le tambour, celles qui trainent par terre depuis jeudi. J’ai un concert avec les potes dans une semaine, faut que je me refasse une jeunesse, niveau cordes vocales. »

Un peu triste de devoir me séparer d’une des chaussettes qui avaient vaillamment protégé mes chevilles contre les moustiques paraguayen, j’y consent de bonne grâce quand, en échange, Brztl m’explique que toutes les machines à laver du monde communiquent par un système vibratoire semblable à celui des baleines et qu’il (ou elle) pourrait, si je consentais à acheter un adoucissant haut de gamme, et pas (je cite : ) « cet infect tord-boyaux distillé dans les égouts de Paris », m’informer en direct des agissements de mes pires ennemis ou mieux, de mes meilleurs amis, ce qui, quand on possède les mêmes amis que moi, revient à peu près au même. Les ragots, la médisance, les complots, de quoi construire une solide amitié ! Finalement, les penseurs des réseaux sociaux avaient raison. Ce confinement permet de dépasser ses propres préjugés pour élargir le champ des possibles, le tout avec un résultat gratifiant pour le cœur et l’âme, l’impression d’en ressortir comme un humain (ou un non-humain) meilleur, sauf à la limite pour ceux qui mangeront des gens. C’est décidé, demain, je parle à ma porte !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.