Carnet de confinement : hors-série mexicain

Comme je suis d’une générosité sans borne et que j’aime favoriser l’émergence des jeunes talents (mais aussi que je ne suis pas payé pour écrire alors que ça me prend beaucoup de temps), je laisse aujourd’hui la plume à Maria Fernanda, une amie anthropologue mexicaine. Je n’ai pas corrigé les erreurs de français por que vous puissiez entendre son accent sympathique.

« Ok, me voici de retour presque une semaine après avoir écrit une première version de ceci, néanmoins, je vais essayer de revenir à peu près au même. Le seul petit bémol est que grâce ou à cause du fonctionnement de notre mémoire cognitive (se souvenir d’un souvenir très très basiquement), je me souviens plus ou moins que de la partie déjà écrite et disparue.

Pendant que je lisais le premier billet de ton carnet de confinement, je revenais de temps en temps à des pensées que j’ai eues ou à des questionnements, mais surtout, j’ai confirmé que loin de ce qu’il paraît, je profite de la solitude et du silence, certes, quand c’est mon choix (ou que tu me payes 1€). Si, je sais que c’est assez incroyable sachant à quel point je suis bruyante et bavarde, mais c’est vrai, la question étant, comment ceci est-il possible ?

Et ma réponse : je l’ai appris. Vivre avec la sensation d’un temps suspendu, puis l’apprivoiser vient du simple fait d’avoir grandi dans un village. Endroit pas tellement petit, mais, où jusqu’à la puberté, je ne dépassais presque jamais toute seule plus de 500 mètres je crois. Heureusement j’avais un frère et des voisins avec lesquels les après-midi s’envolaient en jouant aux Chevaliers du Zodiaque avec des déguisements bien comiques (je paierai pour une photo si elle existe), marelle ou peu importe quoi. Malgré ces après-midi trop courts dans notre idéal, j’en ai vécu aussi des après-midi, soirées et journées dont la fin se faisait attendre.

C’est au cours de ces moments qui semblaient interminables que j’ai appris à aimer certains types de silence, la solitude et l’obscurité. Chez moi : juste un téléviseur, avec accès à pas plus de 6 chaînes et dont les heures pour la regarder étaient assez régulées, alors, il était nettement plus amusant de sortir avec les amis. Dans le village : pas de réseau mobile, donc pas de portable avant les 18 ans, pas d’internet avant les 13 /14 ans, celui-ci hautement restreint aussi car il fallait laisser la ligne téléphonique disponible. Alors, que faire pendant les saisons orageuses ? Parce c’est exactement grâce ou à cause de celles-ci qu’au moins moi je profite aujourd’hui du silence et solitude. Tu te demanderas, mais qu’est-ce que l’es orages ont à faire ici ? Tout simplement qu’un orage signifiait généralement des coupures électriques, parfois pendant des jours ! Et c’est pendant ces jours sans électricité et enfermée par la pluie (car les sorties pour jouer sous la pluie étaient très courtes) que l’ennuie est devenu un ami pour ainsi dire.

C’est pendant ces jours pluvieux que m’asseoir pour regarder et entendre la pluie est devenu, loin du cliché, un passe-temps, aujourd’hui une forme de délassement. Peu importe où je suis, je continue à compter dans ma tête les secondes entre un éclair et le tonnerre qui le suit. C’est pendant ces jours aussi, que je comptais un jour devenir chasseuse d’éclairs (ou foudres, peu importe). Cela me semblait être un métier/hobby aussi excitant que rigoureux, – un grand merci plus tard à National Géographic d’avoir encourager ce désir frustré -. Plus tard, c’est aussi pendant ces jours que fautes d’activités nous nous sommes trouvés avec mon frère à lire l’Iliade ou l’Odyssée sans –presque n’y rien comprendre-. Les héros, les batailles et les intrigues mythologiques sont restes une de nos choix de prédilection quand il s’agit de choisir un film dit « familial ».

Je comprends alors l’engagement de ma mère, pendant ces jours-ci, pour nous faire apprendre les capitales des pays dont même aujourd’hui, il m’est impossible de trouver la localisation sur une carte. Mais plus important, je revois plus clairement pourquoi ce plaisir pour les promenades et les après-midi en silence avec l’un de mes grands-pères, où nous trouvions les mots juste pour savoir si l’un ou l’autre voulait une autre orange ou un morceau de canne à sucre. Je revois, pourquoi à chaque fois que je retourne à ce village, il va de soi que j’éteins mon portable, et aujourd’hui que l’ordinateur n’est ouvert qu’en cas de besoin. Pendant le lycée, à chaque week-end ou en vacances je répétais : « s’il y a quelque chose d’urgent, appel sur le téléphone fixe », (c’est n’est qu’en arrivant à la fac que l’ordinateur est devenu un incontournable pour les devoirs, les discussions avec les amies ou le copain à des milliers de km l’imposait).

Je comprends pourquoi l’isolation volontaire est une constante qui se répète de temps en temps.  Soit tout une journée en bas d’un arbre, soit des week-ends (voir semaines) sans répondre ni aux messages et ni aux appels, ou encore partir des mois vivre quelque part au Michoacán (obligée assez vite fait d’acheter un portable pour envoyer un sms de temps en temps, car d’après ma famille : seulement moi choisissait un endroit perdu, – pas assez d’après moi – dans le Michoacán en guerre contre le narcotrafic) ou ailleurs.

En prenant ceci en compte, je vois comment je profite « du terrain », sans comprendre tout et sans pouvoir aller dans un endroit « librement », car nous sommes toujours surveillé.ées, dépendant des rythmes des autres la plupart du temps. Toujours à l’attente, mais sans rien attendre.

Bon, comme d’habitude je me suis éloignée et je ne suis pas arrivée à la partie sur comment est-il arrive le confinement pour moi et avec quel esprit je l’ai commencé.  Tant mieux, comme ça je pourrai  continuer à écrire et j’ai de quoi répondre aux autre carnets peut-être (je me mets à jour aujourd’hui, car je ne voulais pas changer d’idee pour tout ce que j’avais commence à penser). »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search