Carnet de confinement J13 : le plus beau métier du monde

Les profs sont des paresseux (je ne parle pas de ces singes qui présentent au moins l’avantage d’être dans leur immense majorité mignons, mais de cet ensemble hétéroclite d’individus auquel l’État a délégué la mission de transmettre un savoir à la population). Je le sais, je suis moi-même un apprenti professeur et je suis extrêmement paresseux. Preuve en est que, depuis le début du confinement, je passe le plus clair de mon temps à manger et à attendre l’heure du repas suivant en faisant la sieste. Bien sûr, je pratique l’enseignement à distance, je communique avec mes étudiants en leur donnant du travail afin de me déculpabiliser, mais aussi pour leur rappeler que si ils avaient voulu bénéficier de vacances comme moi, ils auraient dû devenir profs et non élèves. C’est la plus grande et la meilleure des leçons que je pouvais leur enseigner. 

L’intégrité scientifique m’oblige toutefois à comparer ma situation à celle d’autres membres du corps enseignant, comme par exemple celui de l’un de mes camarades, qui officie à l’École Normale Supérieure, où il enseigne l’histoire du sport. Du moins pense-t-il qu’il enseigne l’histoire du sport et non qu’il a été convié uniquement pour divertir l’élite de la nation avec une discipline dont tout le monde se contrefiche. Un peu comme les écoles de philosophie, dont la fondation fut décidée au cours d’un diner ministériel très arrosé afin de valoriser les autres filières et de fournir une source intarissable de moqueries, bien méritées je l’admets. Ce camarade, donc, lui même normalien, assure ses cours à distance au moyen de visioconférences destinées à stimuler la créativité artistique des étudiants. En effet, une directive de la présidence, envoyée par courrier électronique dans le plus grand secret, leur demandait de construire chacun un mannequin à leur effigie, en taille réelle, pour le placer devant la caméra de visioconférence. Pendant que le professeur, qui n’avait pas été informé de l’initiative, transmettait son Savoir sur le curling hawaïen entre septembre 1912 et janvier 1913, l’ensemble de la classe devrait participer à une deuxième visioconférence où ils convieraient des amis triés sur le volet afin de commenter la vanité du cours et de moquer les chemises du prof. S’il vous paraît peu crédible que mon collègue ne se soit jamais aperçu qu’il parlait à des poupées inanimées, c’est probablement que vous n’avez jamais enseigné. Depuis la Troisième République, les salles de classes sont toutes équipées de machines à vapeur qui aspirent la conscience et l’âme des étudiants, les transformant pour la durée du cours en légumes incapables de communiquer. Voilà donc un collègue raillé hebdomadairement, pendant deux heures et par une centaine de personnes mais, entre nous, il ne méritait certainement pas mieux, non plus que l’ensemble d’entre nous. 

Un autre exemple, qui risque de me coûter cher, est celui de ma directrice de thèse, laquelle est également directrice de l’institut où je sévis. Une femme admirable dont les qualités pédagogiques et humaines sont louées par l’intégralité des étudiants passés sous sa tutelle. Elle est ma principale inspiration lorsque je construis et que j’anime mes propres cours. Vous voyez donc déjà clairement le problème, et si vous ne le voyez pas, vous feriez bien de vous concentrer si vous ne voulez pas redoubler et de retourner lire le premier paragraphe. Tout l’art du professeur est de laisser les élèves penser à la fois qu’il détient un savoir infini et qu’il a beaucoup travaillé pour l’obtenir. La finalité de cette manœuvre est évidente : les vacances. Pourtant, si le peuple français pense encore que les nombreux jours de congés payés sont au cœur de notre combat de prof, il se laisse encore berner. Ce n’est ici qu’un autre stratagème destiné à détourner l’attention des imbéciles, ceux qui regardent le doigt au lieu de regarder la finale de Ligue des Champions. Car évidemment, tout l’objectif est de masquer où sont les véritables vacances. Vous l’aurez déjà compris car la lecture de ce carnet a, je l’espère, éveillé un sursaut d’intelligence dans vos esprits affaiblis par la lecture d’autres carnets : les cours sont également des vacances. De longues heures passées à suivre des colloques internationaux moins intéressants encore que le doigt de Confucius nous ont permis d’atteindre un niveau de dissimulation émotionnelle surpassant de loin celle des plus grands joueurs de poker. Aussi, lorsqu’un groupe d’étudiants présente un exposé, nous prenons notre stylo et une feuille de papier, nous équipons de lunette dans la mesure du possible, fronçons les sourcils et hochons la tête à intervalle très réguliers, toutes les 48 secondes. Les étudiants, bernés par la maestria de l’opération, pensent que nous les écoutons, ou mieux, que nous les jugeons, et se tiennent donc tranquille, ce qui nous permet de regarder des vidéos de chiots et de pandas sur internet en toute sérénité. 

Reste la question des corrections qui, en théorie, devraient nos coûter du temps, du sang, de la sueur et des larmes. Il n’en est évidemment rien. J’ai déjà reçu plusieurs des dossiers de fin de semestre et si je n’ai pas encore ouvert les PDF, c’est parce que je ne les ouvrirai jamais. Afin de distribuer les notes, nous respectons toutes et tous le système occulte de Bourg-en-Bresse, plus connu sous le nom de « Système Donjons et Dragons ». Détail historique intéressant, il fut établi d’abord pendant la Première Guerre Mondiale afin de mesurer l’efficacité des troupes françaises, puis adapté à l’Éducation Nationale après la Seconde Guerre Mondiale par André Malraux, fervent amateur de jeux de rôles, de trolls, d’elfes et orques en tout genre. Le principe en est simple et il trouve comme postulat une médiocrité générale de la population française, soldats, généraux et professeurs compris. Comme ces derniers sont incapables de corriger une série de copie avec l’équité exigée par la morale professionnelle, que parfois ils ne connaissent pas la bonne réponse notamment lorsqu’il s’agit de philosophie puisque personne n’y comprend rien (rappelons que Platon, paix à son âme, est le premier et le meilleur d’entre nous, c’est-à-dire le plus fourbe), les membres du conseil de Bourg-en-Bresse décidèrent que seul le hasard pouvait donner des résultats éthiques acceptables. Ainsi, chaque fois qu’un professeur entre en fonction, il reçoit un dé à 18 faces (nous sommes en France et qu’il nous est difficile de compter jusqu’à 20) qu’il ne peut perdre sous aucun prétexte et chérir plus que son propre corps, sans quoi il perd son poste. Lorsque vient le moment de corriger une copie, d’évaluer un dossier ou un exposé, le professeur sort son petit dé et le fait rouler sur une surface plane, de préférence le sol car chacun sait à quel point il est désagréable de voir un dé tomber d’une table. Le numéro indiqué par le dé correspond à la note d’évaluation de l’élève. Le troisième paragraphe de la constitution de Bourg-en-Bresse stipule toutefois qu’autorisation est donnée au professeur de relancer le dé deux fois par session de correction, au cas où la note ne le satisferait pas, si par exemple l’étudiant est supporter de l’Olympique de Marseille ou aime l’afro trap. 

Les reproches adressés aux professeurs par l’opinion publique et les canaux de télévision sont donc non seulement totalement justifiés, mais encore bien sous-estimés. Je dois reconnaître d’ailleurs que l’écriture de ces quelques lignes a instillé en moi un sentiment de culpabilité et que que je vais de ce pas prendre mes dés pour commencer à corriger les dossiers qui m’ont été envoyés. Après la sieste, bien sûr.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search