Carnet de confinement J14 : la haine au temps du corona

Les historiens me contrediront si jamais par miracle je me trompe, il me semble tout de même que deux semaines après le début du confinement, mieux vaut être enfermé tout seul qu’à plusieurs. J’en discutais justement ce matin avec les trois personnes qui partagent mon appartement, mais heureusement ne sortent jamais des miroirs dans lesquels ils sont emprisonnés. Alors que je parcourais des kilomètres entre la salle de bains et la chambre afin de rapporter à l’un les propos de l’autre (l’acoustique, à l’intérieur des miroir, est déplorable, de sorte que même en s’époumonant, les pauvres ne peuvent pas s’entendre), nous débattions des avantages et des inconvénients des deux modalités de confinement. Rapidement, car nous sommes la majorité du temps d’accord sur tout, sauf lorsque la buée de la douche vient obscurcir le miroir de la salle de bain, nous en sommes arrivés à deux conclusions générales irréfutables. En premier lieu, il est préférable d’être confiné seul, car il n’y a personne avec vous. Par suite, l’enfermement collectif présente le terrible désavantage de mettre en votre présence d’autres êtres humains et est à ce titre intolérable pour n’importe quel esprit bien constitué. 

Quelques jours avant le début du confinement, ma mère, dans une innocence probablement héritée de ses années au Parti Communiste Français, m’a demandé si je voulais passer la quarantaine en sa compagnie dans son pavillon de La Courneuve, avec son mari, qui pour votre gouverne n’est pas mon père. C’est en pleurant des larmes de sang que j’ai refusé, comme le Pape Clément XIV lorsqu’il dissouda (le verbe dissoudre ne possède pas de passé simple, aussi suis-je libre d’inventer à ma guise) la Compagnie de Jésus, à ceci près que la compagnie de Jésus en confinement était certainement plus agréable que celle de ma mère et mon beau-père, ne serait-ce que parce que ses talents évitent de se rendre à la boulangerie tous les jours. Mon beau-père et ma mère sont des gens très sympathiques, mais j’ai été confiné avec eux toute mon enfance et mon adolescence, soit près d’une vingtaine d’années réelles, mais plus de deux siècles ressentis. Fort de cette expérience carcérale traumatisante grâce à laquelle Michel Foucaut aurait pu écrire des milliers de pages, j’ai décidé de poliment décliner l’invitation, arguant que j’allais, je cite, « devenir fou ». De plus, la chienne de la famille est morte depuis longtemps et je ne peux jamais contenir ma peine en passant devant sa tombe, ce qui explique que je ne me rende que rarement à La Courneuve, qui est par ailleurs aussi loin que le Campus Condorcet. 

Rester seul n’est toutefois pas si facile, sauf lorsque comme moi on a su nouer des liens forts avec sa machine à laver ou avec les superbes étrangers qui vivent dans les miroirs. Et encore, même pour moi, l’absence de contact humain direct se fait sentir de temps à autres et n’est jamais compensé par les visioconférences, dont le caractère mécanico-numérique diminue toujours l’intensité des émotions générées électriquement par le super ordinateur dissimulé sous notre boîte crânienne et non pas, comme l’imaginent les naïfs, par la petite pompe à liquide abritée par notre cage thoracique. À titre d’exemple, j’ai beaucoup de plaisir à insulter l’une de mes meilleures amies, non pas parce que je pense ce que je dis (elle lira probablement ce billet, je ne peux donc pas y livrer toute la vérité, mais les autres lecteurs comprendront. Smiley clin d’œil), mais parce que l’air scandalisé que prend son visage lorsque ces mots magiques franchissent ses tympans et arrivent à son cerveau (ce qui peut prendre une poignée de minutes) m’emplit d’allégresse. J’ai tenté la même expérience sur Skype et je dois dire que j’ai été particulièrement déçu. Je dois donc le confesser, pour ce genre de petites choses agréables à vivre au quotidien, le contact humain me manque. 

Je pense aussi à tous ces couples récemment formés, encore plein d’illusions sur la vie et l’amour, séparés par un organisme microscopique. Je ne parle pas ici de ce type de parasite qui s’alimente au détriment de son hôte pour en sortir au terme de neuf mois et immédiatement se plaindre, mais bien du Covid-19. Je ne peux m’empêcher d’éprouver de la compassion pour ces amoureux transis, prématurément séparés par le destin et pour qui les secondes passeront aussi lentement que des années (ce qui nous amènerait à une durée de confinement ressentie de 3170979,1983764586 années pour 45 jours de confinement effectif, mais comme mes compétences en mathématiques sont limitées, je vous conseille de vérifier), d’autant plus si l’un des deux protagonistes du couple a le malheur de ne pas répondre à un message de son partenaire dans la minute qui suit l’expédition, auquel cas ledit partenaire pourrait être tenté de recontacter son ex, pour les conséquences que l’on connaît : la victoire de Satan, le triomphe du bien sur le mal. Pour ces Roméo et Juliette des temps modernes, c’est une période difficile, assurément, mais pas autant que pour ceux qui, comme ma mère et mon beau-père, sont confinés ensemble depuis plus de trente ans, et dont la passion consiste à se disputer, pour rester poli. Autre cas de figure, celui d’une amie, mariée depuis l’année dernière à un équatorien, lequel a consenti aux noces non pas pour les papiers mais parce qu’il est grand amateur de pain, de fromage et de saucisson. Cet américain, donc (car je rappelle que le mot Amérique désigne un continent et non pas un pays, aussi bien que le Mexique se trouve en Amérique du nord) ne parle pas un mot de français, en signe de protestation contre l’élevage intensif des porcs, qu’il abhorre puisqu’il pratique le veganisme nocturne, à savoir qu’il ne mange jamais de viande quand il dort. Ce ne serait pas un problème si mon amie parlait l’espagnol, et même si elle tente de nous faire croire depuis deux ans qu’elle en maitrise les arcanes, nous ne l’avons jamais rien entendu dire d’autres que « vamos a la playa » et « para bailar la bamba blablabla ». Tant qu’il n’était pas confiné, cet improbable couple survivait à travers de nombreuses stratégies d’évitement et se retrouvait dans son appartement du sud de la banlieue parisienne à l’heure du repas, partageant gaiement saucisson, fromage et pain, devisant dans la bonne humeur à grands renforts de « para bailar la bamba, vamos a la playa », faisant parler les langues d’une autre manière la nuit, pour s’occuper et éviter toute communication verbale. Hélas, la quarantaine arrivée, les malheureux n’ont d’autre choix que de passer la journée ensemble, regarder Netflix en version originale avec les sous-titres en espagnol ou français selon le film sélectionné (bien entendu, ils ne peuvent regarder Avengers en version originale, ce qui participe à la lente mais inéluctable destruction du couple), ne pas se parler, avoir envie d’aller au toilettes ou dans la salle de bains au même moment, grogner l’un contre l’autre. En bref, et alors qu’ils avaient réussi à l’éviter jusqu’à présent, ils sont confrontés à une authentique vie de couple, et il y a fort à parier que leur mariage ne survive pas au confinement. Dans le cas contraire, je serais fort déçu car Satan ne triompherait pas. Or, il est devenu clair que Dieu n’en a plus rien à foutre des humains. Vous noterez que jusque là, il avait pour habitude de ne maltraiter que les pauvres, qui probablement l’avaient bien mérité. Toutefois, avec sa nouvelle et diabolique invention, le Covid-19 (qui comme par hasard se termine avec la première lettre de son prénom. Seuls les ingénus y verront une simple coïncidence), il commence à tuer les bourgeois, preuve s’il en fallait qu’il ne connaît plus ni limites, ni éthique, ni morale, un peu comme les professeurs. Notre dernier espoir réside donc dans les bras brûlants du Prince des ténèbres, du Seigneur des enfers, du Ministre de la guerre et de la mort, de l’Empereur des mensonges, du Roi du crépuscule, bref, vous l’aurez compris, de Lucifer, qui reviendra d’ici peu en ces pages pour sauver une France ensorcelée par la plus pâle de ses copies : Emmanuel Macron.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.