Carnet de confinement, J-beaucoup : les PDF du Mal

Je m’excuse auprès des millions de lecteurs quotidiens de ce blog pour n’avoir pas pu produire de texte les jours passés, j’étais occupé à corriger des copies. Je le sais, j’ai commis un grave manquement à l’éthique professorale, puisque je n’ai pas utilisé mon dé à 18 faces pour distribuer les notes. J’ai commis l’impardonnable et lu, annoté et noté les copies en fonction du travail fourni. Je ne suis pourtant pas le seul à avoir manqué à mes devoirs. Car si le corps professoral est paresseux, les étudiants, au moins ceux qui suivent mon cours (et surtout les étudiantes, je me dois de présenter la situation sous un jour équitable, car dans mon cours, les hommes se comptent sur les doigts d’une main à laquelle il en manquerait trois), comptent parmi les espèces les plus fourbes et infâmes qui peuplent la planète terre, et je ne peux que leur souhaiter un funeste destin, comme par exemple intégrer un gouvernement de droite, ou pire socialiste, c’est-à-dire de gauche de droite. 

Mû par un élan de générosité, attristé devant le nombre et la taille des travaux réclamés par mes collègues, meurtri dans mon cœur par la dimension herculéenne de la tâche qui leur était imposée, j’avais demandé à ces brigands, ces bandits de grand chemin, ces terroristes en comparaison desquels Ben Laden ferait figure de Père Noël au grand cœur, de me rendre un dossier d’une page en laissant libre cours à leur imagination, dont je ne doutais pas qu’elle serait inexistante. Comme d’habitude, ils n’ont rien compris. Quelle ne fut pas ma stupeur lorsque j’ouvris le premier dossier, un PDF adroitement piégé, et constatai que sa taille excédait celle des œuvres complètes de Marcel Proust. Effrayé par cette sinistre découverte, je refermai aussitôt le grimoire maléfique et résolus d’en ouvrir un autre. Que de foi inconsidérée ! Quel excès d’optimisme m’habitait encore en cette époque bénie des dieux ! J’étais ingénu, je le confesse, mais perdis toute mon innocence en ouvrant le second devoir, un PDF non moins piégé dont mon ordinateur ne put supporter la taille et explosa à ma face déconfite.

Après avoir réparé mon ordinateur et mes sourcils soufflés par la déflagration grâce à, respectivement, un tutoriel Maori sur les nanotechnologies et une vidéo explicative produite par une chaine de magasins animaliers, je repris, déterminé mais miné, mon chemin de croix à travers les copies numériques des diaboliques créatures. Chacun d’entre vous aura remarqué la subite augmentation des températures du début de semaine, et l’aura attribué, comme la logique le commande, au printemps, à l’été ou à je ne sais quelle autre croyance médiévale. Il n’en est rien. Ce réchauffement climatique, qui n’est pas uniquement français mais mondiale, est dû à l’activité intense et subite de toutes les fermes informatiques de la planète au moment où j’ai téléchargé l’intégralité des dossiers de mes étudiants. Car, il faut le dénoncer, non seulement ne respectent-ils pas les consignes, ou plutôt sont-ils incapables de les comprendre, mais encore participent-ils à la détérioration des conditions de vie de l’humanité toute entière, ou mieux, et donc pire, du vivant dans son ensemble. 

Aux grands maux (et aux longs mots) les grands remèdes, je me résolus à utiliser, comme dernier recours, la fine fleur de mon arsenal, une arme interdite par la convention de Bourg-en-Bresse et que je n’avais plus utilisé depuis la dissolution de la Compagnie de Jésus en 1773, mais que les conditions m’obligèrent à dégainer. J’enfilai donc mes lunettes, prêt à en découdre. La situation était bien pire que tout ce que j’avais pu m’imaginer, et j’ai pourtant l’imagination fertile. Non seulement, les devoirs se déroulaient sur une longueur à faire pâlir de jalousie la muraille de Chine, mais en plus avaient-ils été rédigés dans un sorte de code indéchiffrable. Vraiment, je n’y comprenais rien. L’alchimie complexe concoctée par les sorcières et les nécromanciens que j’avais eu face à moi pendant plusieurs semaines sans me douter de rien (et Dieu merci, le confinement m’a certainement sauvé d’une métamorphose en crapaud, ou pire, zombie LREM) me coûta un œil, trois dents, tous mes cheveux et d’autres parties que la décence ne me permet pas de mentionner. Il me fallut autant d’abnégation que de courage pour venir à bout du premier tome de ces chroniques infernales mais, peu à peu, à mesure que je progressai dans le décryptage de cette sombre symphonie à 33 voix, je sentis que le triomphe du bien sur le mal demeurait possible. Les sortilèges littéraires des soi-disant étudiants (dont tout le monde sait désormais qu’ils sont des agents de Lucifer à peine déguisés) perdirent en intensité et n’arrivaient plus à m’arracher qu’un ou deux sourcils. L’expérience m’avait endurci et je trouvais désormais un grand plaisir à déjouer chacun leurs stratagèmes avec un facilité toujours croissante. Les phrases de 153 lignes, l’absence de référence bibliographique, le plagiat éhonté n’avaient plus sur moi d’autre effet que provoquer une soif inextinguible de justice et de zéro absolu.  

Au terme de ce périple digne de l’Odyssée, j’eus une pensée pour mes collègues tombés au combat le semestre précédent. Santiago, historien colombien spécialisé dans la confection de drogues postcoloniales, ne vit jamais venir ses trente printemps. Giulia, historienne italienne dont la spécialité consistait à cuisiner un tiramisu fantôme, fut emmurée dans les souterrains du Colisée. Gilles, géophotographe à la moustache prolétarienne, s’engagea dans la quatrième compagnie de CRS. Juliette, anthropologue picarde (ce qui nous dispense de toute autre description), trait aujourd’hui des yacks en Mongolie. Clément, historien chargé de la communication de l’Olympique Lyonnais, succomba aux divagations hegeliennes de ses étudiants normaliens. Florian, jeune docteur en géographie de l’orgie, rejoint le ministère des armées afin de développer un projet de destruction planétaire. Chloé, une autre jeune docteure en géographie dont les compétence ne lu permettaient pourtant pas d’accéder au merveilleux métier de coiffeur, entreprit de se faire une frange. Anna, anthropologue réputée dans sa famille, élève des pigeons dans les catacombes. À eux, je dis que la lutte n’est pas et ne sera jamais abandonnée. La vengeance sera menée à son terme, jusqu’à ce que cette armée du Mal soit corrigée.  


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search