Carnet de confinement J37 : l’exilé 4/5

La terre abritait, dans ses profondeurs les plus lointaines, un lieu. Nul ne l’avait oublié, car personne ne l’avait jamais connu. Un jour qu’il procédait à une série de calculs complexes relatifs à un sujet que seul son père serait à même de comprendre, bien avant les ténèbres du bannissement, l’exilé mit au jour l’un de ces problèmes dont il était friand. La cartographie de la planète, projet qu’il menait à bien depuis plus longtemps que sa mémoire lui permettait, présentait une incohérence. La masse totale ne correspondait pas, loin s’en fallait, au volume mesuré. Il y avait, quelque part, un abime mystérieux. Cependant qu’il réunissait quelques soldats afin d’enquêter sur cette curiosité, le Père entra dans une colère tumultueuse et mit à bas l’expédition. 

Si l’enfant rencontrée à la croisée des chemins ne connaissait rien ou presque de la nature du Temps, ses involontaires expériences musicales avaient mis en évidence l’inaltérable intrication entre celui-ci et le son. D’une certaine manière, certaines vibrations de l’air altéraient certaines respirations du Temps. L’Anomalie, car c’est ainsi que l’exilé avait baptisé le lieu qui entravait sa soif de savoir, recelait à n’en pas douter des propriétés particulières. Eu égard à sa position géographique, les chances étaient élevées pour que nulle onde ne s’y soit jamais propagée. 

Lors qu’il marchait vers l’ouest et se frayait un chemin à travers une jungle dont les enchevêtrements impénétrables eurent découragé les plus téméraire des explorateurs, il entendit au loin s’élever à nouveau le souffle des cors et des trompettes. Le Père savait. Il avait à nouveau envoyé la milice à ses trousses et, cette fois, son frère s’assurerait de lui trancher la tête avant de retourner à la Maison. L’exilé ne put réprimer un sourire à l’idée de la fureur du patriarche lorsque son frère, bouffi d’orgueil, s’était présenté à lui. Certainement l’avait-il roué de coups, peut-être lui avait-il lacéré la peau avec son fouet blanchi par le givre ou peut-être encore s’était-il servi de sa masse aux mille épines afin de lui briser tous les os du corps.  Mais, l’exilé le savait, le plus douloureux des tourments que le Père était capable d’infliger résidait dans ses yeux, un regard de déception et de mépris dérobant les jambes de ceux qui y étaient soumis et qui les contraignait à s’agenouiller, impuissants et anéantis. 

Persuadé d’une mort certaine si jamais son frère et la milice le rattrapaient, l’exilé grimpa à la cime des arbres, dont plusieurs touchaient les nuages. Cette fois, il ne se rendrait pas. Il tenait un but et, avec lui, un espoir. Filant de branche en branche tel une étoile du crépuscule, il distança ses poursuivants. Des jours plus tard, il arrêta sa course devant une grande crevasse qui striait la terre brune. L’Anomalie se trouvait là, tout en bas, loin sous ce que l’on considère d’ordinaire comme le dessous de toute chose. Le grondement de la milice, pour ne plus résonner qu’à travers de faibles échos, n’avait pas disparu. Il plongea dans la crevasse. Au fond coulait une rivière qui n’était pas le Temps. Ses courbes fines l’envoutèrent. Insolente, elle exhibait une beauté inconnue. Séduit, il se pencha pour en boire une gorgée. L’eau, salée, paracheva le sortilège et enchaina l’exilé pour l’éternité. Toujours, pensa-t-il, il reviendrait vers cette rivière marine. Mais pour l’heure, il devait poursuivre son chemin. À mesure qu’il s’enfonçait toujours plus avant dans les entrailles de la terre, le serpent relâchait son étreinte. La solitude qui lui avait été imposée se faisait moins pesante à chacun des pas qui l’isolaient du monde de la surface. Les grottes aux parois luisantes de rosée, garnies de protubérances rocheuses qui formaient autant de fantômes brièvement animés par les flammes de sa torche, descendaient encore et encore. Un sentier de vires escarpées qui surplombaient un abime sans fin le conduisit jusqu’à une prairie d’herbes noires où paissaient des bêtes sans âges et sans yeux. Gigantesques, un seul de leurs sabots auraient écrasé l’exilé sans même qu’elles ne s’en rendent compte. Pourvues de deux têtes surmontées de cornes rouges, elles ne semblèrent pas prêter attention au vagabond. Il fendit les herbes, d’épais filaments soyeux hauts comme deux fois sa taille, et parvint à une cavité qui lui permit de continuer sa descente. 

Bientôt, il n’eut plus besoin de torche, car une lumière chaude émanait d’un gouffre dans le gouffre. Il se laissa tomber d’une terrasse et, le long de sa chute, contempla les fleuves de feu qui sillonnaient la plaine immense dans laquelle il atterrit. Des volcans crachaient une fumée sombre en même temps que des torrents de lave. Alors qu’il cherchait son chemin dans ce dédale ardent, son cœur s’arrêta un instant de battre. Surgis de nulle part, son frère et la milice de la Maison, cette fois au complet, l’attendaient entre deux des piliers qui soutenaient ce monde souterrain. Il reconnut celui et celle qui avaient été ses deux fidèles lieutenants, ainsi que nombre de ses plus proches soldats, de ceux qui l’avaient accompagné dans les plus dangereuses batailles. Cette fois, déclara son frère, l’exilé ne s’échapperait pas. On lui trancherait la tête, trophée pour le Père, et son corps serait jeté au cœur du plus grand des volcans. Cherchant une ligne de fuite, il se retourna, mais la milice s’était déjà déployée en cercle. L’Anomalie n’était plus très loin ; pourtant, il lui serait impossible de l’atteindre. Consumé par la frustration, il entra pour la première fois de son existence en rage. Accoutumé à ne le voir jamais qu’habité par la patience, le calme et la bonté, son frère laissa échapper un regard effrayé.  Comme pour conjurer cet instant de faiblesse, il sonna la charge. 

Une première vague de soldats se lança à l’assaut de l’exilé, qui ne fit plus preuve d’aucune merci. Il perçait les cœurs du tranchant de sa main, brisait les crânes les uns contre les autres, plongeait les corps dans la lave et les y maintenaient jusqu’à ce que les cendres mêmes aient été réduites au néant. Mais ils étaient des dizaines de milliers et leurs assauts incessants l’acculèrent contre une paroi basaltique. Des hordes de soldats le pilonnaient de flèches tandis que d’autres levaient leur glaive sur lui. Au milieu de cette légion innombrable, il vit son frère marcher, les yeux exorbités par la haine. Il tenait dans la main droite son glaive et dans la gauche le fouet du Père, une arme effroyable dont le cuir glacial paralysait tous ceux qu’il touchait. Malgré la multitude agglutinée, les soldats s’écartaient sur le passage de leur commandant, qui, parvenu à distance, fit claquer son fouet en direction de l’exilé. Ce dernier eut tout juste le temps de se saisir d’un soldat comme bouclier, lequel s’effondra, frappé d’une mort subite. Le deuxième coup partit, plus rapide que la foudre. L’exilé mit les bras devant sa tête et ferma les yeux, car il savait qu’il ne pourrait esquiver. Le claquement passé, il les rouvrit. Il ne sentait ni douleur, ni paralysie. Il n’était pas mort. Devant lui, le fouet enroulé autour des épées croisées de ses deux lieutenants exhalait son givre. La haine du frère se reporta sur les rebelles et d’un geste du poignet, il délia son fouet. Les lames devinrent poussière. Au moment même où les lieutenants rendaient à l’exilé l’épée qu’il avait abandonné à la croisée des chemins, une partie des soldats se retournèrent contre les autres. Le serpent agonisait. 

Le frère fit à nouveau claquer son fouet, mais l’exilé brandit son glaive afin de protéger ses lieutenants. Le cuir et l’acier s’entrechoquèrent dans un fracas qui fit vaciller les volcans. Le frère fit un pas en arrière. Il hésita un instant, puis sonna la retraite. Armé, son ainé était invincible. Appuyé par ceux qui lui étaient demeurés fidèles, même si sa propre armée était plus nombreuse, la victoire était impossible et, pire, il risquait lui-même d’être tué. Magnanime, l’exilé ordonna qu’on laisse repartir les vaincus et leurs blessés. Il tint conseil avec ses lieutenants avant d’aviser ses troupes qu’ils établiraient un camp provisoire ici, puisque la topographie des lieux leur conférerait l’avantage face aux milices de la Maison en cas de nouvelle attaque. Il déclara aussi qu’il devait se rendre seul jusqu’à l’Anomalie, mais qu’il reviendrait sous peu. À peine ses lieutenants le perdirent-ils de vue, tandis qu’il se laissait choir dans la pénombre d’un ultime gouffre, que l’exilé se tenait déjà derrière eux, assis sur un petit rocher. S’il n’avait pas terrassé le Temps, comme il l’entendait auparavant, il avait su s’en faire un allié fidèle, un compagnon de voyage des plus précieux, notamment parce qu’était venue l’heure de mettre fin à l’abominable tyrannie du Père.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.