Petit Guide Méthodologique Atypique de l’Introduction

Je publie ici un message envoyé à mes étudiants de M1 qui, pour être tous brillants, n’en ont pas moins été formés dans une université où l’on vous demande d’appliquer une méthode que l’on n’y enseigne jamais. Voici donc :

« En discutant avec Yann (pour des raisons évidentes, j’ai choisi de changer le nom de cet étudiant) à propos de son mémoire, je me suis dit que comme j’avais du temps à tuer, j’allais vous envoyer un petit topo méthodologique sur l’introduction, qui est une partie fondamentale du mémoire et qui possède des règles assez strictes. Voici donc : 

1- De quoi parle-t-on ?

C’est la mise en contexte, qui doit faire comprendre tout de suite au lecteur le sujet de votre mémoire et ses enjeux, mais dans la mesure du possible à partir d’un point précis et concret. Il peut s’agir d’un extrait de coupure de presse, d’une déclaration dont vous avez été témoins, ou même d’un fait divers extrait de votre expérience sur ce même terrain et qui sort un peu du commun. Le but du jeu est de capter tout de suite l’attention du lecteur avec quelque chose de très concret, que n’importe qui peut comprendre. Ensuite, vous développez à partir de cet extrait/déclaration/fait divers pour décrire votre sujet un peu plus largement. 

Exemple : vous faites un mémoire sur le mal-être des professeurs. « Le 18 Mai 2020, un fait divers occupe toutes les premières pages de la presse. Après avoir tenté de corriger les copies de ses étudiants, un professeur d’université se crève les yeux. Cet épisode, pour aussi violent qu’il soit, nous rappelle le malaise qui traverse actuellement les rangs du personnel enseignant dans le supérieur. [statistiques, conditions de travail, etc. bref, élargissement]

2- Qui en parle ?

C’est ce qu’on appelle l’état de l’art ou de la littérature. Il s’agit ici de recenser une grande partie de ce que d’autres chercheurs ont déjà écrit sur le sujet. Si votre sujet est vaste, vous ne pourrez pas tout mettre. Il faut donc sélectionner les auteurs qui vous paraissent importants (les autrices aussi, d’ailleurs). Vous avez deux manières de classer ces auteurs, qui s’entremêlent. D’abord, l’ordre chronologique de la recherche, ensuite les différentes thématiques que vous abordez dans votre recherche. 

Exemple : (toujours le même thème) « En 34 avant Jésus-Christ, Jules César rédigeait sur des tablettes de pierre une série de recommandations à l’égard des professeurs romains, à la suite à une série de manifestations devant le Colisée. [ vous mettez ici ce que César disait, avec une ou plusieurs citations, puis la référence bibliographique]. Toutefois, comme le montre Genghis Khan 13 siècles plus tard (merci de ne pas vérifier, je ne connais pas la période de GK), les professeurs n’ont pas toujours vécu dans le malaise [explication, citation, réf]. Or, c’est avec Mussolini que les études sur la condition professorale ont pris toute leur ampleur [explication, citation, réf]. Etc. »

Si il y a une deuxième thématique, par exemple le mal-être des profs unijambistes, vous faites aussi un état de l’art sur l’unijambisme. 

IL EST IMPORTANT DE FAIRE DIALOGUER LES AUTEURS ENTRE EUX, DE VOIR COMMENT ILS SE RÉPONDENT ET AMÉLIORENT AU FINAL LA THÉORIE CAR…

3- Qu’est ce que je veux en dire

…MAINTENANT VOUS ALLEZ DIALOGUER AVEC EUX (enfin pas tout de suite, ça c’est plutôt dans le corps du mémoire, mais gardez cette idée de dialogue en tête, qui est la raison pour laquelle on utilise parfois le « nous » au lieu du « je » dans l’écriture académique (comme vous n’êtes pas des génies, sinon je l’aurais vu, vous n’inventez pas tout tout seul et vous vous appuyez sur les autres. Votre travail est donc le fruit d’un collectif)).

Comme vous avez fait votre état de l’art, vous êtes capables d’identifier CE QUI N’A PAS ÉTÉ DIT. C’est là que vous entrez en jeu, avec vos plus beaux habits de fête et tout l’orgueil possible, telle Cendrillon au bal avant minuit. Vous expliquez ce dont vous voulez parler, ce qui vous amène à vouloir en parler, les mystères que votre cerveau de primate a su voir et voudrait bien percer. Vous avez réussi à identifier les problèmes liés à votre sujet, vous êtes donc prêts pour affronter le plus grand cauchemar des étudiants : la problématique, qui vient exactement à la fin de cette partie. Elle est en général composée d’une question principale et de questions qui lui sont subordonnées.

Exemple : Vous travaillez sur l’obésité chez les écureuils, vous vous êtes aperçus que tous les auteurs parlent des noix transgéniques comme facteur principal, mais qu’aucun ne mentionne le fait que tous les écureuils ont désormais internet, qu’ils passent leurs journées à regarder leur téléphone et commandent leurs repas sur UberEats. 

« Si, comme nous venons de le voir, la plupart des études mentionnent les noix transgéniques comme facteur principal de l’obésité chez les écureuils, d’autres pistes méritent d’être explorées. En effet, l’arrivée récente de l’internet haut-débit dans les forêts des milieux tempérés a entrainé la prolifération d’Iphone dans les troncs d’arbres et tous les écureuils sont désormais connectés. Or, internet permet non seulement de commander ses repas sans bouger, mais il favorise aussi cette même inactivité puisque les écureuils passent en moyenne 8,9 heures/jour à regarder des vidéos de bébés chiens sur YouTube [référence pour les chiffres]. Etc. »

Évidemment, cette partie ne doit pas faire que cinq lignes et vous devez développer. Il vous faut aussi et encore utiliser des auteurs pour justifier vos choix, observations, statistiques. 

4- Comment en parle-t-on ?

C’est la partie méthodologique. Je ne peux pas ici décrire avec précision comment ça se passe pour chacune des disciplines, d’abord parce que je ne les connais pas bien toutes et ensuite parce que j’ai été très déçu que vous ne fassiez pas de collecte pour m’acheter une voiture en fin de semestre, mais globalement, vous expliquez ici comment vous avez procédé pour votre terrain/quelles sont vos archives de prédilection (moi c’est la Bibliothèque secrète du Vatican. True story)/observation participante ou non/entretiens/logiciels informatiques utilisés si vous avez le malheur d’être économiste ou si vous faites parties de cette espèce en voie de disparition qu’on appelle géographe/scan de la carte de membre La République En Marche si vous êtes politiste/etc.

Exemple : Vous allez faire un terrain chez les Guaranis : « Pour cette enquête, nous avons utilisé  la méthode de l’observation participante, qui consistait à boire beaucoup de bières, jouer au football en plein soleil par 45 degrés juste après avoir mangé la moitié d’un boeuf, s’asseoir et ne rie faire de la journée. Nous avons mené 45 entretiens en guarani, même si nous ne comprenions à peu près rien. Pour des raisons éthiques autant qu’esthétiques, nous avons placé hors des limites de l’observation participante le mariage avec la fille/nièce/soeur du chef. Etc. »

Encore une fois, je résume. Cette partie est bien évidemment plus longue. 

5- Quand en parle-t-on ?

C’est l’annonce du plan. Une partie très courte qui décrit l’ordre dans lequel vous avez organisé votre mémoire. Rien de plus à ajouter, car vous n’êtes peut-être pas des génies, mais vous n’êtes pas non plus complètement idiots et vous avez compris.

Exemple : Le mémoire sur l’obésité des écureuils, cette fois durant le moyen-âge anglais. 

« Dans un premier temps, nous retracerons la manière dont internet est arrivée dans la forêt de Sherwood après la défaite de Robin Hood face au Sherif de Nottingham. Ensuite, nous verrons comment le Prince Jean a mis en place un système d’assistance sociale favorisant la sédentarité des écureuils et, par là même, leur asservissement. Enfin, nous montrerons que contrairement aux idées reçues, Richard Coeur de Lion n’est pas responsable de la grande cure d’amaigrissement des écureuils anglais, mais que c’est bien la chaine Youtube de la #FitnessGirl Lady Marianne qui a permis d’améliorer la condition de cette population stigmatisée. »

Voilà. Je vous rappelle qu’il ne s’agit ici que d’un guide et qu’il y a des ajustements à faire pour le mémoire de M1, pour lequel vous ne faites pas de terrain, mais vous avez les grandes lignes. J’ai peut-être oublié des choses, mais je me décharge de toute responsabilité envers vous, sauf si vous m’achetez une voiture. Et une place de parking, aussi. »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search