Bilan de mission – Terrain de recherche (2)

21 juillet 2020

Ce bilan de mission concerne mon terrain de recherche effectué au Pérou au cours de l’année 2020. Mes investigations se sont principalement déroulées à Arequipa où je résidais et dans la région environnante mais j’ai également passé une semaine à Cusco et dans l’Apurimac. Ma présence sur place a été écourtée pour plusieurs raisons. Personnelles dans un premier temps, je suis ainsi arrivée au Pérou le 3 février et sanitaires dans un second temps, suite à la déclaration de l’état d’urgence et à la mise en place de l’isolement obligatoire par l’état péruvien. La suite de mon séjour s’est donc déroulée dans la capitale où je suis restée confinée du 17 mars 2020 au 18 juin 2020. J’ai pu prendre un vol de rapatriement vers l’Espagne puis un vol commercial vers la France à ce moment-là.


Ma thèse s’intéresse à l’histoire de l’Indépendance péruvienne et à la perception de cette histoire par les Péruviens et Péruviennes eux-mêmes. À l’approche du Bicentenaire de l’évènement, en 2021, j’étudie les différents récits existants à propos de ce moment historique particulier.

Ainsi, ma mission avait pour but d’approfondir les recherches commencées en 2019, directement sur le terrain, au-delà des archives que j’avais déjà pu étudier sérieusement lors d’un précédent terrain à Lima. J’ai donc vécu à Arequipa pour enregistrés mes premiers entretiens, ce qui m’a permis également de retourner interroger des personnes dans le canyon de Colca. Un court séjour à Cusco m’a permis de rencontrer un professeur avec qui j’étais en contact depuis quelques mois et à grandement fait avancer certains points de ma recherche, notamment dans le domaine de l’éducation et sur l’évolution de la manière d’enseigner l’histoire de l’Indépendance dans les différents collèges des différentes régions péruviennes.
Je me suis ensuite dirigée vers Abancay car mon intention première était de m’arrêter à Kishuara, un petit village de l’Apurimac. Finalement, nous avons décidé avec mon contact sur place, un prêtre en charge de plusieurs communes, que mon séjour serait plus fructueux si je me basais à Huancarama, notamment pour pouvoir me déplacer sur d’autres villages, jusqu’à la ville d’Andahuaylas et puis par la suite, jusqu’à Ayacucho où il était prévu que je rencontre des personnes en lien avec mon sujet et que je me rende sur le lieu de la dernière bataille pour l’Indépendance, dans la Pampa de Quinua.

Cette seconde partie de la mission consistait, tout comme la première à collecter des données à partir d’entretiens d’environ une heure, avec des Péruviens et Péruviennes. La prise de note, l’enregistrement audio ainsi que des photographies permet de collecter des portraits, des avis, particuliers, dans différentes régions, et cela me permet de constituer petit à petit le matériel de ma thèse, dessinant les contours puis la véritable matière de ce que sont les diverses versions, les diverses perceptions d’un même événement tel que l’Indépendance, d’un même moment historique.

Je prends un instant pour revenir sur le fait de dire que cette seconde partie de la mission n’a pas pu avoir lieu. Comme abordé au début de ce document, l’état d’urgence a été déclaré mi-mars au Pérou et il a fallu prendre une décision rapide entre rester sur place quitte à être bloquée pour un temps indéterminé (qui s’est révélé être plusieurs mois) dans un lieu isolé, loin des voies de communication, avec peu de réseau, ou rejoindre la capitale a une journée de bus. Une certaine incertitude et panique régnaient à ce moment-là un peu partout, accentué par le fait d’être visiblement d’origine européenne. Nous avons donc décidé qu’il était préférable que je rentre à Lima et le prêtre sur place a fait tout son possible pour me trouver le moyen de rentrer dans les seuls vingt-quatre heures où il était encore autorisé de se déplacer. S’en est suivi plus de trois mois de confinement durant lesquels je n’ai réussi à faire qu’un entretien par appel vidéo mais les conditions ne se prêtaient pas à un travail sérieux et satisfaisant.

De plus, à côté de mes entretiens sur le terrain, j’ai développé davantage mes lectures et investigations en anthropologie et sociologie. Cela m’a permis d’améliorer ma connaissance de ces domaines et ma manière d’entrer en contact avec les personnes interrogées, mon approche sur le terrain et le déroulement de mes entretiens, de mes questionnements.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search