Fragments d’un carnet d’archives

Biblioteca Nacional de España, 14 et 15 juillet 2022

Premières impressions

Après avoir déposé la boîte gris clair sur ma table de travaille en bois massif, légèrement incliné et spacieuse, dotée d’une lampe cuivrée et d’une caméra de surveillance dont l’allure me fait penser à une loupe d’espionnage reliée par un tube comme dans les dessins animés, l’employé qui tournait déjà les talons me propose, au cas où, un coussin et un cordon. Le manuscrit est un peu détérioré, en effet. Sa détente contraste avec la bataille qu’il a fallu mener pour avoir accès à l’ouvrage, je m’attendais à un protocole bien plus strict.

J’ouvre la boîte du bout des doigts. Je suis comme une enfant (mais délicate) devant un paquet cadeau. Je crois que j’ai un comportement similaire à une personne peu aguerrie à qui on propose de prendre un nouveau né dans ses bras, un mélange d’émerveillement et d’hébétude, un peu comme quand on est témoin de quelque chose qui nous dépasse et qu’on ne pourrait de toute façon pas contrôler. Un genre de grâce. Je n’ose presque pas y toucher et mes mains accusent un léger tremblement. Avec un grand sourire que je ne peux réprimer, d’ailleurs je ne cherche pas à le faire, je vais vers l’inconnu avec un mélange d’excitation et de l’attitude tâtonnante de quelqu’un qui ne sait pas s’y prendre. Je ne suis pas certaine d’avoir pleinement à l’esprit que je tiens entre mes doigts un livre fabriqué et écrit il y a près de trois siècle, et que ce sur quoi je lis et vais écrire les années à venir portera sur ceux qui l’utilisaient, l’ont produit, ceux à qui on appliquait les remèdes prescrits à l’intérieur.

Impressions finales

Voir et manipuler le manuscrit a complètement modifié mon appréhension de ce dernier et probablement mon rapport à ce projet de recherche en général. Le scan du livre me sera d’une utilité indéniable mais je ne pourrai l’exploiter pleinement que maintenant que j’ai touché ce de quoi il est l’image. J’ai été très surprise de constater ma capacité d’attention plusieurs heures consécutives face à l’objet matériel, la mobilisation accrue de mes sens, et surtout de mon regard. Les détails relevés ces deux jours -mis à part les filigranes- étaient parfaitement visibles sur le scan et d’ailleurs j’en avais relevé la plupart mais sans creuser, sans avoir envie de creuser. C’est peut-être la première fois depuis le début de cette nouvelle recherche que je me sens aussi investie.

 

Marie Vesco

Crédits photo : Image numérisée de la couverture du manuscrit Mss/2292 (http://bdh.bne.es/bnesearch/detalle/bdh0000175680)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search