Narration d’une coopération internationale

Partir sur le terrain avec ses étudiants

Sur le chemin.

I. L’île

Province de Corrientes, au nord de l’Argentine.

Nous parcourons les estuaires de l’Ibera,

vaste zone humide composée de lagunes, d’îles et de prairies.

Là ou nous circulons, une rumeur se propage.

Un inconnu vogue depuis quelques jours sur la lagune Trim.

Il se dirige tout droit sur l’île.

La nouvelle est arrivée aujourd’hui.

Apportée par des cavaliers,

silhouettes tout droit sorties de la brume hivernale.

Annonciateurs de nouvelles

L’errance de cet inconnu inquiète : qui est-il ?

L’intuition nous pousse au départ-

De même que,

l’intuition du chasseur qui traque sa proie sur plusieurs kilomètres,

du pêcheur qui doit s’astreindre au silence et apprivoiser son butin,

de ces silhouettes d’enfants, d’hommes et de femmes

qui parcourent l’immensité des estuaires

où s’écoutent au loin les échos sonores,

mélange de conversations et chevaux en mouvement.

Entre le tracteur et la barque, nous commençons notre voyage.

Nous partons sur l’île.

L’île Itati rincón

Qu’y a t-il à découvrir en chemin, qu’y a t-il au bout du voyage ?

Nous parcourons cette zone humide,

ces espaces de vies fragmentés pour raconter un récit de l’engagement.

Le paysage devient alors récit de vie.

Hameau de Yahaveré

Le monde de ces paysans est rythmé par l’économie de subsistance.

Nous nous déplaçons pour suivre le pâturage du bétail,

nous accompagnons les moments de chasse et de pêche,

nous prenons conscience du rôle important de la zone humide

dans toutes les activités quotidiennes de ces habitants-paysans.

Nous suivons les traces de ces vies éphémères,

surmontant les obstacles.

Le froid, la fatigue, l’inconnu

Par moment nous abdiquons,

l’intuition, elle, n’est jamais vaincue.

Nous arrivons sur l’île.

Vue du drone_estuaires de l’Ibera
Hameau de Yahaveré


Citer ce billet
Agathe Alexandre (2022, 14 septembre). Narration d’une coopération internationale. Piranhas. Consulté le 26 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/svth

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Milagros dit :

    Gracias por mostrar nuestra provincia, mostrar interés por nuestros humedales, merci beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search