Chroniques d’Aruza

Source: archives personnelles

Aruza, une terre wounaan

Aruza est l’une des 17 communautés du peuple autochtone wounaan présente sur le sol panaméen. Elle est localisée dans le Darién et non loin du fleuve Turia. Environ 400 personnes vivent ici depuis les années 1950. Ce vaste territoire représente environ 8000 hectares, un espace utilisé de manière très différentes selon des zones dédiées à l’horticulture, à la chasse ou à la conservation. Toutes les générations vivent ici aux abords d’une forêt tropicale ombrophile, vivent d’elle et avec elle, de son eau, de son sol fertile, de ses plantes médicinales, de ses animaux. Le mode de vie wounaan, s’il a rapidement évolué ses dernières années avec les transformations d’une économie locale sensible au dollar, reste essentiellement caractérisé par une faible pression anthropique sur ce milieu et par un usage non intensif de ses ressources. 

Depuis Aruza se lit une histoire tristement connue, celle d’un territoire autochtone d’Amérique Latine assailli par un farouche front de colonisation et par l’implacable machinerie d’un extractivisme portée vers l’exploitation de son bois. Aruza lutte depuis longtemps pour sa reconnaissance légale. Soutenue par quelques grandes ONG de la conservation, elle mène sans relâche un combat pour la reconnaissance de ses droits depuis plus d’une dizaine d’années, dans un parcours qui ressemble aujourd’hui à celui d’une course de fond. Celle-ci met à rude épreuve la communauté toute entière, et à mesure que se dresse les obstacles, abîme la vitalité de ses membres et celle de leur résilience. En 2021, et malgré des dispositions prévues dans la loi, l’Etat panaméen annule la demande de légalisation déposée par la communauté. Au lendemain de cette décision, 72 demandes de titres pour des propriétés privées sont déposées par des agriculteurs venus de l’intérieur du pays. 3 permis pour l’exploitation du bois sont également délivrés dans ce territoire autochtone et c’est à ces permis que le reste de cette chronique sera consacré. 

Si cette histoire de spoliation territoriale est tristement connue, l’autre histoire, celle des formes discrètes de la résistance locale qui y fait face, l’est peut-être beaucoup moins. Elle raconte une utilisation politique de la technologie occidentale pour des objectifs territoriaux. 

Source: Geoindigena

La fabrique de la preuve

Tout commence par un téléphone, une application de géolocalisation qui contient un logiciel très primitif de cartographie, une machette, une paire de bottes. Aruza peut compter sur trois jeunes hommes, formés aux savoirs de la cartographie par les techniciens du congrès national, qui arpentent depuis longtemps les zones les plus reculées du territoire afin de le surveiller. A chaque arbre coupé, une photo-preuve, une coordonnée gps, une note digitale. 

Peu à peu, ce qui devient une base de données des blessures du territoire, prend forme et se stabilise. Se dessine des tendances, des zones plus intensément exploitées. On déduit les choix des exploitants du bois, on peut prédire où ils vont frapper la prochaine fois. Cette surveillance digitalisée, qui s’appuie sur les qualités d’arpenteurs de ces trois jeunes hommes, va se combiner avec un travail de négociation institutionnelle, plus directement mené par les techniciens du congrès national. Ces derniers vont sonner aux portes du ministère de l’environnement, négocier et faire pression sur ses fonctionnaires pour qu’ils délivrent à la communauté des exemplaires de ses permis. Une fois obtenus, ceux-ci vont être patiemment analysés et comparés aux données de terrain des arpenteurs. Le résultat est sans appel : les exploitants n’ont ni respecté les limites de leur permis, ni les quotas de bois. 

Source: équipe locale de monitoring communautaire

Ici, une contre information est donc générée, des preuves sont patiemment construites et c’est bien par la voie légale et institutionnelle que cette communauté wounaan va tenter de s’en sortir. Comment vont circuler ses preuves? dans quelles arènes? et à quelle type d’action vont-elles renvoyer? 

D’abord elles vont appeler à une vérification de la part des fonctionnaires du ministère de l’environnement. Ici les wounaan sont les lanceurs d’alerte qui pressent l’institution à faire son travail. Ensuite, les preuves vont se retrouver au cœur de la fabrication de plaintes émises par la communauté, ces denuncias ambientales, traitées par les tribunaux. Aruza va ainsi tenter de faire annuler ces permis en démontrant, à la fois le non-respect du droit environnemental, mais aussi l’incapacité de l’institution à le faire respecter dans ces zones reculées. Enfin, elles vont faire parler d’elles, ici-même, dans cette petite chronique qui vise à sensibiliser le lecteur aux transformations des pratiques territoriales des autochtones du Panama. 

Ces preuves circulent par courriers, par dossiers de plainte, par compte rendu d’audience,  par mails, par whatsapp, etc. Elles sont fabriquées en pleine forêt puis voyagent sur les bureaux des institutions publiques ou dans les tribunaux. Elles appellent des vérifications, des positionnements et elles forcent les institutions à agir et à reconfigurer certaines de leurs actions autour d’elles. Leurs usages sont politiques, environnementaux, territoriaux, académiques. Ces preuves sont les agents discrets qui organisent ces mêmes luttes aux termes desquels les wounaan espèrent renverser les territorialités précaires auxquels ils sont pour le moment contraints. 

Source: équipe locale de monitoring communautaire

Des existences digitales

Le surgissement des téléphones, de la cartographie digitale et des technologies de la communication dans les mondes autochtones est une dimension dont on parle encore trop peu dans la littérature académique, en particulier par les chercheurs et chercheuses qui réfléchissent sur les façons dont un territoire traditionnel est pensé, vécu, protégé, actualisé. Et pourtant il s’agit d’une dimension qui, tout comme dans nos sociétés occidentales, a pleinement pénétré les pratiques, les sociabilités et les économies des autochtones, et cela dans la plupart des régions du monde.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search